Merci…

valigie con binocolo avventura

C’est un total inconnu, un mec que je ne connais pas, que je n’ai même jamais vu et que je ne recroiserai sûrement jamais de ma vie qui l’a pourtant changée un beau jour d’août 2015.

Il était 22h30, on revenait de deux semaines de vacances. On venait de se taper 9 heures de route et on rentrait dans Puteaux, la voiture chargée à bloc, le moral un peu moins… Sanglé à l’arrière mon fils ainé tapait consciencieusement sur la tête d’un de ses frères qui ripostait en lui mordant l’avant-bras, tandis que le petit dernier braillait du Kenji Girac depuis à peu près 90 minutes. Et c’est long 90 minutes de Kenji Girac…

On essayait tant bien que mal de se redonner un peu de baume au coeur : un dimanche en plein mois d’aout à 22h30, au moins, on était SURS de trouver une place devant l’appart.

25 minutes et 15 tours de quartier plus loin, on a fini par se garer à moitié sur le trottoir, à moitié sur la chaussée à cinq rues de chez nous. Il fallait maintenant décharger les valises… Evidemment, en 9 heures de route, les enfants avaient eu le temps d’en vider le contenu à peu près partout dans la voiture. J’ai ramassé tant bien que mal ce qui trainait, mis le tout dans un sac, fourré des BN écrasés, des Pom’potes ouvertes et un vieux kinder Bueno fondu par dessus et zou, le petit somnolent sous un bras, une valise de 15 kg sous l’autre et mon fils ainé sur les talons, j’ai slalomé entre les merdes de chien pour regagner notre immeuble sous la lumière verte du King du Kebab encore ouvert à cette heure-là. Je nageais littéralement en pleine féérie…

Je vous épargne la montée des trois étages avec une valise, un gamin endormi et un autre d’une humeur de dogue et affamé. Sans ascenseur, sinon c’est trop facile.

J’ai ouvert l’appart surchauffé, regardé mes plantes crevées, balancé la valise dans un coin, couché le petit dans son lit, collé le grand devant un paquet de céréales périmées et je suis redescendu faire la navette.

Et c’est là, alors que j’étais à quelques mètres de la voiture, suffisamment près pour entendre mon mari pester « Mais vous en avez foutu partout, PARTOUT, y’en a PARTOUT dans la voiture… » que ce mec est arrivé à toute blinde et m’est passé à quelques millimètres.

Il aurait pu s’excuser. Ou me faire un petit signe de la main. Ou même ne rien faire du tout et passer son chemin, après tout, rien de grave, j’avais juste frôlé la crise cardiaque et fait pipi dans ma culotte. Mais non. Il a fait EXACTEMENT ce que font tous les gros cons à Paris : il a klaxonné. Un dimanche en plein mois d’août à 23H.

J’ai regardé sa voiture filer au loin et j’ai croisé le regard de mon mari, sur le trottoir d’en face. Et je SAIS que c’est à cette seconde-là, que sans se parler, on s’est dit « On se casse ». Ce tout petit coup de klaxon-là un soir d’été 2015 a été le coup de klaxon de trop. Il a cristallisé en une fraction de seconde tout ce qu’on ne supportait plus à Paris.

En deux mois, on a lâché notre appart, trouvé une nouvelle école pour les garçons, réglé toute la paperasse et on a dit adieu à vingt années de vie parisienne…

Ça fait un peu plus d’un an maintenant qu’on est installés à Lille, où j’ai mes racines. Mon mari bosse toujours une partie de la semaine à Paris, mais il gère beaucoup mieux le bruit des klaxons depuis qu’il a une maison et un jardin à la campagne.

Alors voila, si tu lis ce blog, que tu étais à Puteaux le 26 août 2015 vers 23h et que tu as klaxonné comme un gros con au bout de la rue Cartault en manquant écraser une personne très fatiguée, je voulais juste te dire :

Merci.

 

 

 

 

7 réflexions sur “Merci…

  1. Pascaline 6 décembre 2016 / 21 h 15 min

    Comme d’habitude, c’est joliment écrit…
    bravo pour ton blog, ce sera une occasion de plus de te lire !!!

    J'aime

  2. Myriaml 7 décembre 2016 / 10 h 48 min

    Humour et émotion, sourires et larmichette en vous lisant. Merci, c’est tout ce que j’aime 😊

    J'aime

  3. monannuaire 7 décembre 2016 / 17 h 10 min

    Hé hé ! Un vrai moment de vécu qui donne un bel article.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s