« Attention, ne mets pas tes mains sur la porte »

The subway train in Paris
The subway train in Paris.

Aujourd’hui, je suis retournée à Paris pour quelques heures et j’avais complètement ZAPPÉ à quel point prendre le métro est une expérience sensorielle à part entière. Une sorte de voyage exotique dont on ne retiendrait que la turista.

Je me suis surtout rendue compte qu’en un an, j’avais complètement oublié les règles essentielles pour survivre dans le métro parisien.

Il faut dire qu’en descendant de mon Nord natal à « la capitale » il y a 20 ans pour mes études, la première chose que j’ai découverte, c’est que les transports en commun à Paris, ça ne fonctionne pas DU TOUT comme chez moi. Déjà, il faut oublier le « en commun », les transports à Paris c’est chacun pour sa gueule.

Par exemple : dans le métro, ça ne se fait pas du tout de dire bonjour à tous les autres passagers, un par un, en entrant dans la rame. C’est même carrément déconseillé. Ça ne sert à rien non plus de leur demander comment ça va ou s’ils ont bien dormi. Un, ils s’en foutent, deux, la réponse est de toute façon inscrite en lettres de feu sur leurs visages.

Dans le métro parisien, il y a une règle d’or que connaissent absolument TOUS les usagers : un échange de regards avec un autre passager ne doit JAMAIS excéder 2 secondes.

JA-MAIS.

Au delà, il n’y a pas trente six cas de figure, c’est soit le coït, soit la baston et dans les deux cas, c’est une boucherie.

Tous les moyens sont évidemment bons pour éviter la confrontation visuelle directe. Tout d’abord, l’utilisation d’objets dits « d’évitement» : téléphone, livre, magazine, liseuse, ordi…mais aussi un choix divers et varié de postures dites « de fuite » : le regard mélancolique perdu au loin fixant l’immense vacuité de l’existence (en fait une tache de mollard sur la vitre), le collé-serré avec une barre métallique, visage tourné vers le bas à la recherche de la plus belle paire de pompes de toute la rame, ou encore l’air très très préoccupé et très très soucieux qui est un peu l’équivalent du « Ne pas déranger » sur la porte des chambres d’hôtels et enfin, la plus classique : le regard noir, babines retroussées, avec des bruits de bouche inquiétants.

Personnellement j’avais mixé un peu tout ça pour obtenir ma recette perso : la main collée à une barre, je lisais en grognant les news sur mon portable en regardant de temps en temps mélancoliquement au loin, les babines retroussées. Très efficace si j’en crois ce commentaire un matin d’une maman à son fils : « Jean-Stanislas ! (On est à Paris hein…) Ne t’approche pas de la vilaine dame, on n’a pas encore fait tes rappels de tétanos ! »

Un truc que j’ai complètement oublié de vous dire c’est que cette règle des deux secondes maximum d’ »eye contact » dans le métro souffre une et une seule exception : les chanteurs ou les marionnettistes ambulants.

Eux, il ne faut jamais, JAMAIS croiser leur regard. Même pas un quart de seconde ! Je suis incapable de vous dire ce qui se passe quand ça arrive mais j’ai entendu des histoires épouvantables ! Une légende raconte que si vous croisez leur regard, votre âme est aussitôt aspirée par le soufflet de leurs accordéons et votre enveloppe corporelle passe le reste de son existence à errer dans les couloirs de la Ligne 13. On raconte aussi l’histoire de cette pauvre femme que l’on a retrouvée, les oreilles en sang, complètement désorientée à la station Glacière, qui se frappait la tête contre le distributeur de canettes en beuglant La vie en rose.

Dans le même style, il se murmure que si vous enregistrez les messages d’annonces du métro et que vous vous les passez à l’envers, vous entendez Belzébuth fredonner l’Internationale.

On m’a également rapporté que si vous vous placez devant un miroir et que vous répéter trois fois de suite « Attention, ne mets pas tes mains sur la porte, tu risques de te faire pincer très fort . » une créature mi-bouc mi-lapin apparaît et vous dépèce.

Tiens, en passant, conseil d’ancienne usagère du bus : ne saluez JAMAIS le chauffeur en montant lorsqu’il redémarre ! Les mecs ne sont pas habitués à Paris ! Sous le coup de l’émotion, il peut donner un coup de volant brusque, piler net ou je ne sais quoi et BAM ! L’accident bête !

Bref, ces dernières années, j’avais compris le truc : quand je montais dans une rame, c’était comme à Sing Sing, je repérais tout de suite le mec le plus costaud, le mâle Alpha et direct, sans prévenir, sans sommation, je lui écrasais le pied en hurlant : « T’as un problème gros ?! Tu veux dire quelque chose peut-être ?! » avant de simuler un La Tourette. Radical.

Attention hein, j’ai vécu moi aussi comme NKM des moments incroyables de grâce dans les transports en communs à Paris. Comme la fois où… La fois où… où… mais enfin si ! Cette fois hyper drôle où…

Ah bah oui, la fois où j’ai pris un taxi.

Tiens, ça me fait penser qu’il faut absolument que je vous parle des taxis parisiens…

 

 

4 réflexions sur “« Attention, ne mets pas tes mains sur la porte »

  1. Salomé Hamon 13 janvier 2017 / 22 h 52 min

    À Paris depuis septembre pour mes études, je cherchais encore une technique pour le métro. Merci pour les idées !

    J'aime

    • La fille du bus 13 janvier 2017 / 23 h 14 min

      Bon, le coup du pied écrasé au mec le plus costaud de la rame, garde le pour plus tard 😉

      J'aime

  2. Laure 14 janvier 2017 / 17 h 23 min

    Géniale cette remarque faite à ce pauvre Jean-Stanislas… ça me rappelle bien Paris !

    J'aime

  3. Marianne Dalle-Labbé 27 janvier 2017 / 17 h 36 min

    Ahlala moi aussi en arrivant du grand nord je disais bonjour à tout le monde telle la jeune fille ouverte au monde et à la capitale que j’étais. Maintenant pour ne pas détester l’humanité entière j’évite…!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s