Au pair, un statut pas si cool…

Depuis le 19 septembre, notre famille s’est encore agrandie. Un chaton est venu squatter le canapé et surtout, nous avons accueilli Paula, une jeune fille au pair.

Paula est argentine, a 27 ans et est super cool. Elle occupe le dernier étage de la maison, s’occupe des garçons quand ils rentrent de l’école et vit avec nous notre vie de famille.

Pour ceux qui n’y connaissent pas grand chose, le statut d’au pair est aussi clair qu’encadré : en échange d’une trentaine d’heures de garde d’enfants par semaine et deux baby-sittings, l’au pair (plus rapide à écrire que jeune homme au pair ou jeune fille au pair) est logé, nourri, blanchi. Vous lui devez également environ 85€/semaine. Vous devez également lui procurer une assurance et vous assurer qu’elle ou il bénéficie de la sécu. L’au pair doit avoir une chambre privative et une salle de bains privative ou partagée avec les enfants. Vous lui payez également les transports pour qu’elle puisse se rendre à ses cours. Vous signez évidemment un contrat et vous devez payer des cotisations sociales.

L’au pair doit prendre des cours de français de son côté (à sa charge)

Avant Paula, nous avions eu quand nous étions à Paris une jeune fille au pair qui s’appelait Denise et qui était mexicaine. C’était il y a quatre ou cinq ans de mémoire et ça c’était plutôt bien passé.

Recevoir un ou une au pair chez soi, c’est VRAIMENT un truc qui se réfléchit : vous vivez tout à coup avec quelqu’un dont vous ne connaissez rien, qui ne connait rien de vous et qui va partager votre quotidien : les déj, les diners, les soirées télés, les fêtes, les anniv, les soirs de fatigues, les engueulades familiales, les journées glande…la vie quoi.

Lire la suite