« Vous aimez le céleri ? Votre fils aussi ? »

stanchezza

Vous avez forcément déjà connu ces périodes où vous avez l’impression d’être au bout du bout de tout : usé(e) de fatigue, le moral à zéro, à envisager chaque matinée qui se pointe avec le même enthousiasme qu’un enfant de six ans envisage un gratin d’épinards.

Le genre de période où la moindre remarque au boulot te fait remettre ton CDI en doute, ou le moindre reproche de ton mec te fait consulter un avocat et où la moindre connerie de tes enfants te fait taper dans Google « Idées pour partir seule au bout du monde avec un tout petit budget, plus de mari et un CDI de merde. »

Quand ça m’arrive, je laisse passer quelques jours en serrant les dents et si ça s’installe, je file chez mon médecin. J’en ressors généralement avec quatre boites de magné B6, des trucs pour dormir « mais à base de plantes hein, ne vous inquiétez pas ! » (Je ne suis pas inquiète bordel, je suis épuisée !), des recommandations très utiles comme « Calmez-vous, respirez bien, relativisez… », et une trentaine d’euros en moins.

Heureusement, dans ces moments-là, je peux toujours compter sur les copines : « Attends, bouge pas, j’ai ce qu’il te faut : le numéro de Gérard B. il est respirologue-radiesthésiste, ça va te changer la vie ! » « Appelle Mélanie C. de ma part : elle est posturologue-aromathérapeute, elle va te sauver. » « Tu ne connais pas Bernard M. ? Il travaille sur les flux énergétique des intestins, c’est miraculeux ! » Lire la suite

Tous les petits bruits du silence

femme perturbe par bruit du voisinage

Ce qui nous avait fait partir (entre autres) de Paris ? Le bruit.

Un des trucs qui nous a le plus perturbés en nous installant dans la banlieue lilloise ? L’absence de bruit. Ou plutôt le changement de bruit…

A Paris, tu vis en appart (ou alors tu es multi-millionnaire et dans ce cas là, qu’est-ce que tu fous encore à Paris) et c’est assez simple : tu habites à un étage, en dessous de toi, y’a des gens, au dessus de toi, y’a également des gens, à côté aussi  et en face de toi, y’a aussi des gens. Du matin au soir, t’es entouré de bruits : les voitures, les voisins du dessus qui s’engueulent, ceux du dessous qui se réconcilient, et ceux d’en face qui font les deux en même temps.

Lire la suite

Chers amis des Hautes Tours (part 2)

Old vintage retro compass on ancient world map. Vintage still life. Travel geography navigation concept background.

A la découverte du Nouveau Monde – Jour 17

« Chers amis des Hautes Tours,

Je profite d’une accalmie pour vous donner des nouvelles. Le temps s’est refroidi au Pays des Plaines Plates et la nuit tombe désormais beaucoup plus tôt.

L’adaptation de Pré-Ado Blasé, de Clown Jovial et de Petit Tyran se passe au mieux. Ils n’ont pas encore le dialecte des autochtones du Pays du Maroilles mais petit à petit, on sent que les « A » deviennent des « O » et que les « C » deviennent des « H » : « Momon, fait froid ichi… »

Lire la suite

Chers amis de la terre du Milieu

Red mailbox with blue wood background

Quelques semaines après notre arrivée à Lille, en octobre dernier, on nous a beaucoup demandé comment ça se passait, comment on se sentait…

Nous, forcement, on répondait qu’on était « hyper heureux », que tout était « génial », que les enfants étaient « fous de joie » et le chat « hystérique » ! On était heureux, bien sûr, mais c’était dur, c’était très dur…

J’ai alors décidé de commencer à écrire sur Facebook une série de lettres pour donner régulièrement des news. Hors de question de raconter notre déménagement au premier degré. Un, parce que c’était chiant, deux, parce que personne n’avait envie de lire que « ça va mais en fait bof ».

Lire la suite

« Machine nous ouvre les portes de… »

Newspapers and magazines on old wood background. Toned image.

J’ai toujours été une dingue de magazines. Même à l’époque où  j’étais étudiante et que je n’avais pas un rond, je m’arrangeais toujours pour acheter à peu près toute la presse qui sortait, du Elle à table à Closer en passant par le Point, Capital, Paris Match, Gala, Point de vue…

J’ai eu la chance de bosser cinq ans chez Voici et c’est la seule période je crois où je n’ai quasiment pas acheté de mags. On les recevait au boulot d’une part et de l’autre, ben…c’était le boulot justement. Feuilleter un mag c’était pour moi l’équivalent en terme de dépaysement d’une virée en bagnole pour un moniteur d’auto-école.

Lire la suite

Merci…

valigie con binocolo avventura

C’est un total inconnu, un mec que je ne connais pas, que je n’ai même jamais vu et que je ne recroiserai sûrement jamais de ma vie qui l’a pourtant changée un beau jour d’août 2015.

Il était 22h30, on revenait de deux semaines de vacances. On venait de se taper 9 heures de route et on rentrait dans Puteaux, la voiture chargée à bloc, le moral un peu moins… Sanglé à l’arrière mon fils ainé tapait consciencieusement sur la tête d’un de ses frères qui ripostait en lui mordant l’avant-bras, tandis que le petit dernier braillait du Kenji Girac depuis à peu près 90 minutes. Et c’est long 90 minutes de Kenji Girac…

Lire la suite

J’ai tenté le Pilates (j’aurais pas dû)

fotolia_126682896_xs

41 ans, 3 enfants, un peu de temps devant moi… Ça y’est, j’étais décidée, j’allais ENFIN me mettre au sport !

Ce matin, c’est donc l’oeil vif et le pas alerte  que j’ai poussé la porte de la première salle de sports de ma vie pour faire le premier cours de sport de ma vie.

Evidemment, je ne me suis pas lancée dans le « body-bump » ni le « jumping » ni n’importe quel autre truc en anglais qui implique de faire un effort. Non, j’ai choisi  le Pilates : un truc vaguement branché, dans lequel je croyais (ah ah ah) que j’allais pouvoir rester allongée sur un tapis à bouger mollement du tibia, gagnant en quelques semaines et sans même m’en rendre compte un ventre en béton, un cul d’enfer et deux tailles de sous-tif.

Nous y voila donc. Lire la suite

« T’inquiète, je viens juste d’arriver… »

Christmas alarm clock, mittens and hot chocolate. View with copy space

Dans la vie, il y a trois sortes de gens : les gens à l’heure, les gens en retard et les gens en avance.

Je fais partie d’une quatrième catégorie, un peu plus underground : les gens MALADIVEMENT en avance.

J’y peux rien, c’est comme ça, je suis tout le temps lamentablement en avance.

Si je dois me rendre quelque part, je calcule le temps du trajet, auquel je rajoute systématiquement 30 minutes de “On ne sait jamais…” plus 20 minutes de “Au cas où…” auxquelles viennent s’ajouter 6 minutes de “On n’est jamais trop prudent…”. C’est bien simple, si un jour une météorite s’écrase dans le Nord alors que je suis en route pour la gare : pas de soucis, j’arriverais encore à être à l’heure. Limite, j’aurais même le temps de secourir deux trois personnes et de faire un plein de bouffe. Lire la suite

J’ai eu 40 ans…

Birthday Cake with Candles

Hier, j’ai eu 41 ans.
Et entre le gâteau et les cadeaux, je me suis souvenue de l’année dernière…

Il y a un an, jour pour jour, j’étais COMME UNE DINGUE ! J’avais ENFIN quarante ans !
La journée avait déjà hyper bien commencé avec un petit mail d’Yves Rocher m’expliquant qu’en ce jour très spécial, ils tenaient à me rappeler que j’étais quelqu’un de VRAIMENT très important pour eux et je m’étais dit que je devais en effet être une personne EXTRAORDINAIRE pour avoir à ce point marqué des gens à qui j’avais acheté un gel douche Mûre fatale format voyage à 8,5€ et un crayon à lèvre Passion ardente à 11,5€ il y a deux ans de cela. J’avais alors imaginé Lire la suite